vendredi 18 mai 2018

Une Idée de balade littéraire dans le quartier ave le livre de Marie Suzin, "Eclats d'enfance"

Nous vous conseillons vivement la lecture du  livre,
 Éclats d'enfance de Marie Suzin aux Editions Arléa.
Voici une très belle  et émouvante description des souvenirs  de l'auteure,
et des lieux 
de son enfance passée
dans le quartier St Fargeau dans les années 1950.
Puis, après lecture, livre en main, 
nous vous suggérons de partir dans les rues 
 rechercher les lieux si bien décrits dans son livre.
Volontairement nous ne mettons pas les photos que 
nous nous sommes amusés de faire !
Nous vous proposons un circuit  illustré par les plaques de rues . 


L'immeuble où Marie Sizun habitait















Qui est Marie Sizun ?
https://www.arlea.fr/Marie-Sizun 

Les livres de Marie Sizun
https://www.amazon.fr/Marie-Sizun/e/B004MKPB5I 



lundi 7 mai 2018

Culture de fleurs, plantes ornementales et semences sur un terrain appartenant aux réservoirs d'eau de Belleville de la Ville de Paris !

 Dans notre quartier, 
entre la rue du Télégraphe et la rue Haxo
1200m2 de terrain horticole ! 
 Sur une partie du terrain appartenant
 aux réservoirs d'eau de la Ville de Paris.

Petit rappel historique
Ces réservoirs , situés sur  une hauteur de 128m
ont commencé à être construits en  1862  pour se terminer en 1866 
afin d'accueillir les eaux de la Dhuis. 
 Puis en 1919 les châteaux d'eau ont été érigés afin 
d'alimenter les immeubles
 du quartier qui se construisaient de plus en plus hauts.
Ces réserves d'eau s'étaient installées sur une partie des 2 hectares
 de  terre achetés par la Mairie en 1804  et
 dans un premier temps pour 
y installer le cimetière de Belleville
au 40 rue du Télégraphe.
 Ces terres achetées avaient   appartenu dés 1695
 à Michel Le Pelletier de Souzy,
 qui y fera  au XVIIIe siècle
 construire le  château de Ménilmontant aussi
 appelé le château de Saint Fargeau.
Le château était entouré d'un très grand parc boisé et cultivé !

 Et voilà  à nouveau un parc,
un parc à fleurs en devenir ! 
Et qui génère des emplois.
Du fait de l'énorme travail à accomplir par les jardiniers,
ce lieu pour l'instant n'est pas ouvert au public.

  L'horticulture à Paris
 Suite à un appel à projet de la Ville de Paris, s'inscrivant dans le projet "Flore urbaine" et dans la charte "1000 hectares pour contribuer à la végétalisation du bâti parisien et de l'agriculture urbaine, actuellement 3 associations  se partagent le terrain



Masami ,
la jardinière permanente de l'association "Plein air"
Designer industriel de formation, 
c'est suite à un stage en biodynamie 
qu'elle s'est impliquée dans le projet.
Depuis octobre dernier avec les autres jardiniers,
ils travaillent la terre d'arrache pied afin de la préparer  à recevoir semences et plants.


Lorsque les jardiniers auront terminé le titanesque
 travail de défrichage d'un terrain envahi 
de chiendent et de plantes invasives  (sur 1200m2 !) 
 l'activité générera d'autres emplois.


 Désherbage autour des jeunes pousse

Les semis en godet 

Ils cultivent une très grande variété de fleurs et 
de plantes ornementales .
Roses et rosiers, iris, narcisses, anémones, tulipes, renoncules ...

 Les plantes cultivées sont vendues aux fleuristes.




La terre ne recevra pas de culture potagère 
car il contient  plomb et mercure ...

Sur ce terrain, l'autre activité 
est celle de la serre de Pépins production


La troisième activité
  est celle de l'association Interface Formation 
qui propose des formations en jardinage.